Partagez | 
 

 Une petite sieste (libre)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar

Messages : 18
Date d'inscription : 22/01/2013
Race : Humain
Localisation : Un peu partout...

MessageSujet: Une petite sieste (libre)   Sam 2 Mar - 15:40

Il n'y a rien de plus beau qu'une journée ensoleillé au début du printemps, quand les premiers vent frais se lève et que l'hiver laisse sa place petit à petit. Rodrigue était assit sur un tronc d'arbre couché. Il se tenait immobile, les yeux fermé, écoutant les son de la forêt et de la rivière. Les souvenirs remontaient tranquillement à la surface, des souvenirs récent comme ancien. Pour le jeune homme, la quiétude de la forêt était l'endroit parfais pour se détendre et se remémoré le chemin parcouru jusqu'ici. Il ne voulait pas oublié les noms, les visages, les voix de ceux qui avaient fait tant pour lui, ceux qui lui avaient fait mal, ceux qui avaient besoin de lui ici et maintenant. Les yeux entrouvert, il commença à prier faiblement pour lui-même:

-J'aurais aimé que vous voyez ce que je suis devenu aujourd'hui, ce que j'ai fais, pour honoré votre mémoire et réalisé vos souhait. Sans vous je n'y serais jamais arrivé, je serais encore perdu, faible ou mort. Merci à vous tous, vous m'avez aidé, entrainé, formé et sculpté pour devenir ce que je suis aujourd'hui. Je vous fais honneur en faisant vivre à travers moi vos rêves, vos désirs et vos principes. Un jour, j'espère pouvoir avoir votre force et votre sagesse, pour guidé mon prochain comme vous m'avez guidé. Pour ceux qui m'ont fait mal, je vous pardonne, vous ne m'avez pas compris, vous ne comprendrai jamais. À ceux que j'ai fais souffrir et ceux qui souffriront de ma faute, ne me pardonnez pas, ne m'oublier pas, mais je vous en supplie: vivez dans le droit chemin et ne sombré pas. Je n'oublierai jamais, je survivrai et je ferai ce qui doit être fais, que cela vous plaise ou non. Reposé tous en paix, dans la lumière ou dans l'ombre, pour ceux qui m'ont quitté. Je vous promets de ne jamais abandonné, comme vous ne m'avez jamais abandonné. Maintenant je sais ce que je veux et je l'aurai. Je ne vous oublierai pas...

Il se mit à remué des lèvres sans prononcé un son. Lorsqu'il eut fini, il ouvrit les yeux et contempla la rivière gelé. C'était une belle journée pour une fois, pour une fois que tout semblait lumineux et calme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Messages : 20
Date d'inscription : 06/02/2013
Âge : 26
Race : Humain

MessageSujet: Re: Une petite sieste (libre)   Sam 2 Mar - 21:35

Qui passa par là, Numéro Six avait les bras chargés de bois morts. Elle l'entendit parler tout haut en s'approchant doucement. « ... comme vous ne m'avez jamais abandonné. Maintenant je sais ce que je veux et je l'aurai. Je ne vous oublierai pas...» Elle n'eut pas le coeur de l'interrompre dans sa méditation. Elle avait troqué sa ceinture bruyante pour une redingote dans les mêmes couleurs que le reste de ses vêtements. L'étrangère laissa tomber tout le bois qu'elle avait trouvé, dévoilant sa présence du même coup. Faisant semblant de ne pas avoir entendu Rodrigue, elle ramassa quelques bouts de bois ici et là pour les ajouter au monticule qu'elle avait trouvé ailleurs.

Mal habillée pour la température, Six travaillait machinalement les mains blanchâtres. Elle ignorait avec grâce le jeune homme, se concentrant sur sa besogne sans tenter de s'inclure dans la conversation solitaire. Depuis le banquet, son équipe et elle s'étaient tenus très calmes et n'avaient pas essayé d'aller s'intégrer en ville. Traînant les pieds avant de rejoindre les autres, elle ne put taire les virus qui l'avait pris d'attaque depuis son arrivée ici.


... ATCHOUUUM!

Reniflant un peu, elle passa sa manche sur son nez. Sa discrétion était maintenant terminée. Elle en avait marre de ce froid... Ce n'était pas son élément du tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Messages : 18
Date d'inscription : 22/01/2013
Race : Humain
Localisation : Un peu partout...

MessageSujet: Re: Une petite sieste (libre)   Lun 4 Mar - 12:26

Le prêtre avait fini sa prière lorsqu'il entendit des pas dans la neige et les bûches tombé sur le sol. Il se leva d'un coup, la main sur son pistolet tirant le chien et une autre sur la garde d'un de ses épées. Il fit demi-tour et reconnu la dame de l'oasis, il lâcha un soupire pour se calmer. Il haissait profondement qu'on incante sans prévenir, qu'on arrive dans son dos et surtout qu'on lui fasse perdre son temps. Rodrigue désarma son pistolet et regarda la femme empilé les branches et éternué. Il s'avança prudament remarquant le symbole VI inscript dans le dos de la fille, il dit:

-Bonjour... VI, ça va bien? Tu étais là depuis longtemps? Besoin d'aide?

Il se pencha et prit une branche qu'il était prêt à offrir à VI si elle désirait un peu d'aide. Encore surpris, il ne s'attendait pas trop à être dérangé par quelqu'un, surtout celle qui ne l'avait pas lâché de tout le banquet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Messages : 20
Date d'inscription : 06/02/2013
Âge : 26
Race : Humain

MessageSujet: Re: Une petite sieste (libre)   Mar 5 Mar - 1:18

Numéro Six jeta un autre bout de bois vers son amont. Elle haussa les épaules, un peu mélancolique. Continuant sa tâche comme si Rodrigue n'avait jamais sorti son arme, elle parla tout en ramassant ici et là des branches mortes très secs qui feraient un bon feu plus tard.

- Je cherchais de quoi trouver un peu de chaleur ici... Quand on vient d'un monde sec et chaud, la neige et le froid laisse un goût amer...

Elle soupire, une autre brindille. L'étrangère ne prenait même pas le temps de regarder son interlocuteur en même temps. Elle avait le moral à terre. Sans énergie, elle continua à parler et à ramasser du bois.

- Je n'ai entendu que la fin de ton discours, pas assez pour te croire fou en tout cas.
...

Est-ce que tout le monde passe par là? Après la colère, la rage, l'envie de tuer... Se retrouver dans la noirceur et l'inquiétude?


Elle aurait bien pu parler à n'importe qui d'autre, ou même à elle-même, cela n'aurait probablement pas changer son regard fuyant et ses gestes mécaniques.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Messages : 18
Date d'inscription : 22/01/2013
Race : Humain
Localisation : Un peu partout...

MessageSujet: Re: Une petite sieste (libre)   Mar 5 Mar - 23:26

Écoutant VI parlé du froid et de la neige, le jeune homme se remémora son première hiver lorsqu'il était arrivé. Hrell lui manquait, même si c'était un enfer, que là-bas aussi il n'y avait pas de neige, ni vraiment de grande verdure ou d'océan, c'était chez lui. Il aurait voulu tout comme elle et ses amis, rentré chez sois, c'est pourquoi il tenait à les aidé comme on l'avait aidé lorsqu'il était arrivé en ces terres. Il ramassa des branches comme la gitane et continua à l'écouté sans l'interrompre, même s'il grimaça sans le vouloir lorsqu'elle dit qu'elle l'avait entendu mais:"pas assez pour te croire fou en tout cas." La folie était relative, si on considérait son ancienne habitude à vouloir mettre tout plein de gens sur le bûché comme de la folie, alors oui il avait été fou, mais pu maintenant. L'odeur de la chair brûlé le matin, caractéristique de Hrell. La question de la dame attira l'attention du prêtre. Il s'arrêta quelques secondes, essayant de trouvé une réponse approprié. Il mit en genoux à tête en prenant une branche et dit:

-Il y a une noirceur, ou un potentiel de faire le mal en chacun de nous. Un évènement marquant, souvent tragique, forge le caractère. On va tous avoir cet instinct meurtrier, pour certain il est moins important, mais il sera toujours présent. Je sais que tu réclames le sang pour ce qu'on vous a fait à toi et à tes amis, cet homme a abusé de votre confiance et mit des milliers de vies en danger de mort. Si tu veux savoir s'il est normal de vouloir sa mort, c'est normal. Moi aussi je connais bien des gens que j'aimerais voir mourir et payé pour leurs crimes envers moi et les gens qui me sont chère... mais...

Il se releva et cassa la branche à deux mains avant de la jeté dans le tas. Après un bref moment de silence il conclu:

-La vengeance peut nous apporté une satisfaction passagère, mais elle ne nous rend pas ce que nous avons perdu. Souvent on arrive pas à l'accomplir exactement comme on le désir. On peut se perdre dans notre noirceur, elle peut nous brisé, comme cette branche, mais elle peut aussi nous montré la voie. Lorsqu'on est plongé dans les ténèbres les plus profond de notre âme, lorsqu'il n'y a pu d'espoir à part la mort ou la vengeance, il suffit qu'une étincelle, une personne pour nous tendre la main pour voir une lumière apparaître. Qui sait, peut-être vous trouverai votre étincelle qui vous sauvera de cette noirceur. Par contre, il ne faut jamais oublié les ténèbres, dès qu'on y a été, on vit avec jusqu'à la fin de nos jours. Vous n'oublierai jamais, et probablement que vous ne pardonnerai jamais, mais ne vous détruisez pas et ne détruisez pas ce que vous chérissez.

Il s'avança tranquillement vers VI et dit:

-Je ne vous dirai pas de lui pardonné, ni que vous devez vous vengez, ce qu'il a fait mériterait la mort selon moi, mais pour le moment présent vous avez trois priorité: Premièrement, protégé vos amis. Deuxièmement, trouvé une façon pour ce rendre chez vous. Finalement, faire un bon feu et se reposé un peu.

Il fit un sourire à sa mauvaise blague, Rodrigue avait selon lui un très mauvais sens de l'humour, en même temps d'être mauvais pour faire des discours. Pourtant, il avait parlé avec son coeur car, il pensait comprendre ces gens qui venaient d'un monde difficile à vivre, où la famine et le désespoir était le quotidien. Lui aussi avait été utilisé et abusé, lui aussi réclamait le prix du sang. Mais cela prendrait encore beaucoup de temps. Il plaça les branches pour qu'elles soient facilement transportable, tout en attendant de se faire dire que soit ce qu'il avait dit était bien, soit inutile, soit qu'elle s'en fichait et détestait les discours. Toujours pessimiste comme à son habitude.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Messages : 20
Date d'inscription : 06/02/2013
Âge : 26
Race : Humain

MessageSujet: Re: Une petite sieste (libre)   Mer 6 Mar - 7:51

La barde n'était pas déçue, elle savait que ce que disait Rodrigue était vrai, en partie ou en totalité, cela resterait à voir. Elle avait toujours une réserve face à lui. Bien malgré qu'elle n'avait pas le pouvoir ici d'exiger connaître quelqu'un, elle aurait souhaité le rencontrer dans L'Oasis pour pouvoir utiliser son titre en de pareil moment. Doucement, elle se rapprocha du monticule et de lui. Elle le regarda franchement pour lui répondre cette fois.

- Je suis au moins soulagée de voir que ce qui me ronge semble être la source de beaucoup de misère pour plusieurs personnes. Numéro Deux nous a menacé de se lancer dans la brume dès que nous aurons le dos tourné et cela me fâche. Il ne comprend pas encore l'importance de nos gestes maintenant...

Nous ne sommes plus rien ici, je comprends son désir. Nous avons tous donné notre nom pour le commando, nous étions tous important avant d'atterrir ici. Maintenant, ce qui nous maintient encore ensemble, c'est malheureusement ce même désir de vengeance. Dès notre arrivé ici, nous savions que les raisons qui nous poussaient à travailler ensemble s'étaient envolées.


Elle se pencha à son tour pour pouvoir prendre le bois et le transporter ailleurs.

- Je retourne à notre campement temporaire... Les autres sont partis pour travailler aussi... Si vous voulez me suivre, nous pourrions trouver une discussion un peu moins... lourde.

Sur cette promesse de changement, elle s'empara de tout le bois que pouvait contenir ses bras, en laissant le surplus à terre, et commença à marcher en forêt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Messages : 18
Date d'inscription : 22/01/2013
Race : Humain
Localisation : Un peu partout...

MessageSujet: Re: Une petite sieste (libre)   Mer 6 Mar - 11:33

Rodrigue écoutait attentivement VI, faisant des hochements de tête pour confirmé ses dires. Lorsqu'elle parla du plan de numéro deux, il eut un petit sourire sans le vouloir. Il la laissa terminé avant d'ajouter:

-Je comprends votre situation, j'avais des gens qu'autre fois j'aurais appelé des frères et soeurs, nous avions un but en commun. Lorsque nos supérieurs nous donnait un ordre, pu rien ne pouvait nous arrêté. Depuis que nos deux principaux dirigeants sont parti, ceux qui nous motivaient, je vois mes anciens camarades reclus sur eux même, borné et agressif, ce qui m'attriste beaucoup...
Lâchant un soupire, le jeune prit les dernières branches et accepta l'offre de la dame, en la suivant jusqu'à son campement. En chemin, il expliqua rapidement:

-Le plan de votre ami est voué à l'échec si vous voulez savoir. En fait, si on se jete dans les brumes, la plus part du temps nous sommes rejeté ici. Peut-être c'est les brumes qui nous repousses ou c'est qu'on perd notre chemin et on revint à notre point de départ. Il n'ira pas très loin de cet façon, du moins selon mon avis.

Arrivé au campement, Rodrigue déposa une partie des branches dans ce qui semblait être le centre du feu de camp. Il déchira quelques pages dans son livre de note et les placa sous les branches. À l'aide son briquet d'amadou, il alluma les pages et souffla un peu pour aidé à l'allumage. Lorsqu'il juga que le feu était bien parti, il s'installa en indien et demanda à VI:

-De quoi désirez-vous me parlé? Vous avez des questions? Comme je vous ai dis: Posez les bonnes questions et vous aurez des réponses.

Il lui souria tout simplement en attendant qu'elle s'explique ou pose des questions. Normalement, il aurait été plus alerte en présence d'une étrangère, mais elle ne semblait pas agressive ou vouloir se débarassé de lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Messages : 20
Date d'inscription : 06/02/2013
Âge : 26
Race : Humain

MessageSujet: Re: Une petite sieste (libre)   Mer 6 Mar - 23:45

La ménestrel laissa tomber sans plus faire attention son ramassis de branche tout près du rond de feu. Il y avait dans l'espace dégagé de neige quelques toiles qui formeraient un abris très temporaire pour le groupe. Numéro Six continua à souffrir du froid malgré les gants qui cachaient la moitié de ses mains. Elle souffla doucement pour réchauffer ses doigts encore blanchâtres. Elle ne rechigna pas de voir Rodrigue partir le feu pour elle. Malgré tout, la barde ne laissa entendre qu'une faible réponse positive au sujet de la brume. Elle se laissa tomber au sol tout près des futures flammes, gardant ses mains tout près de son cou pour les garder à porter de souffle. Cherchant vainement à recapturer sa propre chaleur, elle se replia sur elle même avant de répondre.

- Pourquoi on ne peut pas discuter pour discuter? Qu'est-ce que qui nous oblige, moi, perdue dans un monde dont j'ignore pas mal de chose, et vous, qui êtes ici depuis déjà un bout de temps et dont les connaissances en mon monde son infime, à devoir nécessairement parler ensemble comme si nous n'aurions jamais de point commun autre qu'être bloqué ici? Je sais pas ce que sera mon avenir... mais je ne suis pas morte, ce qui doit être en soi un exploit... Heureusement, ce n'est pas le seul exploit que je n'ai jamais réussi!

Mais avant de repartir sur moi, j'aurais voulu vous connaître vous aussi. Pas vos secrets ou tout ce qu'on ne doit pas savoir sur des gens, juste vous. Vous vous voyez comment? Vous avez commencé à croire en Lux comment? Vous aimez quelqu'un ici? Une femme? Des amis? Allez, je vous laisse carte blanche!


Elle avait un petit sourire en coin. Faire parler les gens, c'était son domaine. Espiègle, elle attendait impatiemment les réponses de Rodrigue. Elle se changeait les idées comme possible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Messages : 18
Date d'inscription : 22/01/2013
Race : Humain
Localisation : Un peu partout...

MessageSujet: Re: Une petite sieste (libre)   Mar 12 Mar - 14:06

Le prêtre eut souria à le femme lorsqu'elle parlait, il semblait apprécié ce qu'elle disait. Survivre était la première étape lorsqu'on arrivait dans ce monde, après les gens essaient soit de fuir ou de s'intégrer. Hélas sa bonne humeur fut chassé à l'instant où VI lui demanda de parlé de lui-même précisément lorsqu'elle demanda s'il avait une personne qu'il aimait. Ferma les yeux se concentra pour chassé ses pensés négative et il reprit sa bonne humeur avant d'expliqué qui il était à dame:

-Comme je vous l'ai dis, je m'appel Rodrigue, je viens de Hrell. Là-bas, nous sommes en guerre constante contre les démons, les cultistes et les traitres. J'ai été élevé dans la foi luxienne, c'est comme ça que j'en suis venu à devenir prêtre. Par contre, il m'est arrivé des fois de douté de ma véritable religion, mais il est claire pour moi que la liberté et le bien de tous passe avant toute chose, ce qui sont des principes fondamental de Lux. Je me vois comme une personne qui essait de son mieu pour faire le bien au tour de lui, même si les gens, qui me jugent, ne semblent pas le comprendrent. Je suis loin d'être parfais ou d'être exemple, mais je fais tout ce qui en mon pouvoir pour le bien d'autrui. En ce qui concerne l'amour...


Il pencha la tête cherchant ses mots, cela semblait un peu pénible pour lui, mais il réussit quand même à s'expliquer:

-J'ai aimé deux fois dans ma vie... une fois dans mon monde, j'ai été marié, contrairement à la croyance populaire les luxiens, même prêtre, peuvent se marié et avoir des enfants. Par contre, je n'ai pas eu cette chance, elle est morte un an après notre mariage. J'étais encore bien jeune. J'ai rejoins un ordre religieux et je suis arrivé ici, emporté par les brumes. J'ai décidé de quitter cet ordre religieux qui m'avait offert une seconde chance, car ils ne servent pas selon moi les intérêts de mon dieu comme il se doit. J'ai fais quelque travaux entre temps, serveur, mercenaire, puis finalement j'ai rejoins la guilde du corbeau blanc qui m'ont nommé officier des combats, donc un peu le maitre d'arme de la guilde. J'ai rencontré il y a de cela plusieurs mois une demi-elfe à qui je m'étais attaché... comble de malheure la maladie l'a emporté il y a quelques jours, une pneumonie causé par une infection. Je peux la considéré comme ma deuxième femme, je l'aimais vraiment... seulement j'ai trop attendu avant de m'en rendre compte.


Son air triste était revenu, il fixait les flammes qui commençaient à apparaitre. Il resta ainsi pendant un certain temps avant de continué:

-Comme vous dites, au moins je survis toujours... je ne suis pas très chanceux, mais au moins je suis vivant et je fais ce qui doit être fait, car personne d'autre ne le fera, le reste je m'en fou. J'ai adopté ses enfants adoptif, de celle que j'aimais, alors me voilà tuteur de trois enfants. J'espère pouvoir les élevé et faire d'eux des personnes fort et heureux. Un jour, il faudra bien que j'arrêts de m'occupé de tout le monde et que je passe à une vie normal, je lui ai fais la promesse avant qu'elle meurt. Un jour, je serai heureux et je trouverai une personne qui voudra se tenir à mes côtés et qui m'aimera pour ce que je suis, malgré mes défauts et les erreurs de mon passé. Je compte bien tenir les promesses que je lui ai fais. D'ici là je continue à courir sur les sentiers obscures, remplis de montruausité et d'horreur. Je sais qu'il y aura une lumière à la fin du chemin.

Il posa sa main droite sur son torse et il semblait serrer quelque chose à travers le tissus. Il soupira et eut un petit rire. Tout souriant, il sortit une pomme et la croqua, tout en sortant une autre et l'offrant à VI. Gentiment il demanda:

-C'est clair que ma vie est une parmis tant d'autre, je ne suis rien, mais j'espère que mon aide vous aidera à protéger votre peuple et qui sait, peut-être faire payé à cet homme ce qu'il vous a fait, pas pour la vengeance mais, pour la justice. Maintenant que vous en savez beaucoup sur moi, que pouvez-vous me dire sur vous? Mise à part les autres, vous comptez resté ici un certain temps? J'aimerais surtout savoir comment vous avez renoncé à votre nom et votre identité pour devenir VI. En fait, j'aimerais savoir qui vous étiez avant de prendre ce chiffre, vos valeurs et ce que vous pensez.


Il continua à tendre la pomme à VI tout en reprenant une seconde croqué dans la sienne. Il n'y avait rien de mieux qu'une grosse baston, la lumière réconfortante du soleil et une bonne pomme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Messages : 3
Date d'inscription : 20/02/2013
Âge : 23
Race : Humain

MessageSujet: Re: Une petite sieste (libre)   Mar 12 Mar - 21:58

Quoi de mieux pour gâcher le moment que Numéro III, qui venait de déposer un chevreuil fraîchement mort, derrière le duo prêt du feu. Droit comme un roi, fière comme un prince, le guerrier du désert répondit à la place de Numéro VI. Son ton de voix restait direct et dure, mais il semblait s'être légèrement calmé depuis la dernière fois qu'ils s'étaient vue, dans se drôle de banquet.

- Si tu veux réellement connaître tout ça, c'est simple : joins les rangs du Commando de la Rédemption, monte les échelons jusqu'à devenir un élu, et ensuite tous ce que tu veux savoir sur nous te seras accessible. Pour l'instant, certaines choses se doivent de rester loin des ténèbres, n'est-ce pas VI?

La question n'en était pas forcément une. Il s'agissait plutôt d'un rapide rappel à l'ordre. Bien sûr, Numéro III enchaîna rapidement sur ses nouvelles découvertes.

- Numéro III au rapport : la nourriture est tellement facile à trouver sur ses terres, que j'ai eu amplement le temps de faire des recherches ici et là. Maintenant que le point "questions personnelles" est mis au clair, j'ai moi-même quelques questions à poser à notre invité.

Et oui, malgré que se soit l'univers de Rodrigue depuis beaucoup plus longtemps qu'eux, l'élu voyait surtout le fait qu'il s'agissait du campement du commando.

- Tu dis te battre pour la justice, alors que ce que j'ai pu comprendre la dernière fois, tu es dirigé par une baronne et des seigneurs. Pourquoi ne pas tuer ses crétins qui croient pouvoir diriger votre vie mieux que vous même? L'ultime justice est l'équité pour tous, et encore plus dans un univers où on est projeté contre notre grée. En ce qui me concerne, j'ai bien l'intention de faire le ménage ici, si je reste coincé plus longtemps que prévu.

Tout en parlant, Numéro III avait commencé à lavé ses gants, tâchés d'un sang indigne d'y être.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Messages : 20
Date d'inscription : 06/02/2013
Âge : 26
Race : Humain

MessageSujet: Re: Une petite sieste (libre)   Mar 12 Mar - 22:48

Numéro VI avait gardé un sourire sincère aussi mais compatissait visiblement au malheur du pauvre Rodrigue. La vie sentimentale était une bonne indication pour beaucoup d'autres facteurs. Les questions de Rodrigue étaient légitimes, il venait de lui offrir une part de lui et il devenait normal que ce soit le tour de Six. Perdant doucement son sourire, elle garda un moment le silence rassemblant ses idées et fixant un peu la pomme. Quand III fit son entré et qu'il répondit pour elle, la barde n'eut pas le loisir de renchérir. Elle baissa les yeux, refusant la pomme d'un signe de tête, comme elle refusait maintenant toutes les autres questions. Se concentrant sur la chaleur de ses mains, elle ne s'opposa pas au questionnaire en règle de son acolyte.

Ce n'est qu'à la toute fin que la ménestrel laissa entendre une pointe de son opinion. Malgré que sa force physique était (au moins) 10 fois moins puissante que celle des deux autres, elle ne se laissa pas impressionner quand venait le temps de parler franchement. La gitane avait son idée derrière la tête.


- Tu comptes te battre contre qui exactement? La brume ou tout le reste que tu ignores encore? De toute façon, tu peux l'avouer ici, je sais que tu ne vois pas du tout l'option où tu resterais ici, loin de ton château. N'est-ce pas, Morandir?

Cette insulte, elle le savait, ne laisserait pas indifférente Numéro III. Lui lançant un regard en coin, elle se demanda s'il allait la laisser faire. Juste de le tutoyer était hors norme... alors pour le reste, c'était une vraie gifle. Ce n'était pas pour rien qu'elle n'avait pas été mise à part du combat quand ils étaient arrivés dans ce nouveau monde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Messages : 18
Date d'inscription : 22/01/2013
Race : Humain
Localisation : Un peu partout...

MessageSujet: Re: Une petite sieste (libre)   Mer 13 Mar - 12:13

Rodrigue semblait content de parlé avec la dame, il aimait en apprendre sur les autres, plus il en savait plus il pouvait les aidés. L'arrivé et l'intervention du confrère de VI fit d'abord sursauté le jeune homme, puis il semblait mécontent qu'on le traite comme un indésirable. Gardent son calme, il laissa l'homme parlé, lui disant qu'il devrait rejoindre leur groupe et monté des échellons pour apprendre la vérité, ce qui le fit sourire un bref moment. Cette petite étincelle de défis disparu rapidement lorsque le collège de VI commença à le questionner sur ses relations avec la noblesse, ses intentions et ses valeurs. Il laissa échappé un bâillement en mettant la main devant sa bouche, laissant l'homme continué. Le prêtre ne pu s'empêcher de rire lorsqu'il parla de faire le "ménage" s'il restait ici, il reprit son sérieux lorsque VI prit la parole. Rodrigue rangea la pomme et continua à manger la sienne, le sourire aux lèvres avec ce que disait la dame. Il ne comprenait pas ce qu'elle voulait dire en appellant l'homme par soit son prénom ou une juron de leur monde, mais il avait l'impression qu'elle lui tenait tête, ce qui l'amusait un peu. Les personnes qui avaient du caractère et qui était efficasse avait tout son respect. Lorsqu'elle eut terminé, il lança son trognon de pomme dans le feu de camp, puis se leva pour faire face à l'homme. Avant de répondre à la question de l'homme, Rodrigue croisa les bras dans son dos souria:

-Premièrement, je suis au service de Lux et je suis principe: Justice, pureté, protection, lumière, guérison et courage. Et non officiellement il y a la liberté et le libre arbite et la vérité face à soi-même. Si des "nobles" respectent ces principres, alors je les respecterai. Deuxièment, sachez pour votre connaissance, que c'est une duchesse vampire qui dirige ce duché, Isabella de son nom. Ces terres lui ont été offert par son père vampirique le comte Damort, vampire centenaire. À leur service, il y a différent noble, je peux dire travaillé pour un nommé Hirions. Je suis simplement un officier chargé d'entrainé ses hommes au combat et dirigé sur le champ de bataille ces derniers et protégé sa guilde et sa famille. Indirectement, je protège ce duché et ses habitants. Vous ne vous considérez pas comme des locaux, mais si votre vie était en danger qu'il était en mon pouvoir de vous aidez, je le ferais sans rien demandé en retour. Tout simplement parce que cela rejoins mes principes. Troisième point, la justice est différente d'un plan, d'un monde, d'un royaume, d'un duché, d'un village, d'une personne ou encore d'une religion. Il n'existe pas de justice universel, imposé votre vision aux autres revins à faire comme ceux que vous dites être incompétent. Oui, il y a des actions des gens d'ici que je trouve insensé et totalement idiote! Mais, je n'ai pas le pouvoir ni le droit de me faire justice moi-même. Si je dois faire justice, cela ne sera pas à cause de mon point de vu personnel, ou encore dans mes intérêts, mais pour le bien de tous et toutes. J'espère que vous me comprenez.

Il soupira et regarda l'homme dans les yeux et continua ses explications:

-Trop de précipitation et cela ne sera pas les nobles qui auront une corde au coup, mais vous qui aurez la tête sur un pieu. Beaucoup on essayé de les tuer, de faire leur "justice", tous ont échoué: Ordres religieux, simple citoyen mécontent, envahisseurs fanatique de ma religion, démons, mort-vivants, elfes fanatiques et surtout des gens qui voulaient joué au héro. Vous avez de l'ambition, je en dis pas que vos plans sont louable pour au tant, mais si vous comptez continué en ce sens il vous manque trois choses: De la préparation, des ressources et de l'information. Je suis quelqu'un d'informé et qui a accès à des ressources, il y en a beaucoup de ressource ici comme vous avez dit. Par contre, préparation comprend personne de confiance et de l'aide: vous traitez les gens en étrangé, en moins que rien et vous les repoussez. Comment voulez-vous qu'on vous parle ou que vous ayez des gens qui se ralie à votre "cause" et philosophie, si vous les menacé, exiger d'eux qu'ils vous disent tous ce qu'ils savent, personne ne voudra être allié avec vous. Simplement savoir qui vous êtes est la première étape pour établir un lien de confiance et développé une relation. Fermé vous au monde extérieur et vous ne vaudrez pas mieux que ces nobles ou ceux qui ont tenté de les détroné et qui ont agis dans l'ombre.

Il pencha la tête sur le côté en souriant et conclua son monologue interminable:

-J'offre mon aide, car vous voulez rentré chez vous pour sauvé des centaines voir des milliers de vie. Il est de mon devoir de protégé la vie des gens innocents et sans défence. Je peux vous transmettre mes connaissances, bientôt deux ans que je suis dans ce monde, en notant tout ce que j'apprends comme votre ami VI, je peux me permettre de dire que je suis un hérudit. Je peux vous montré comment survivre, car c'est ce que j'excelle le plus après amasser de l'information. Dernièrement, je peux vous offrir protection, soutien et coopération entre vous et la guilde pour laquel je travail. Par contre, cela ne vient pas sans rien en retour: Je ne peux pas me permettre de combattre les nobles, la majorité sont inscousient et incompétent, je vous le reconnais, mais ils ont le pouvoir et je suis qu'un simple prêtre. Il y a parmis eux Hirions, le seul noble pour qui j'ai un certain respect, il est intelligent, il a réussi à gagné la confiance et le respect de ses hommes, dont le mien ce qui n'est pas donné à tous. C'est d'ailleur celui que je sers. Oui vos principes dégalité sont beau, mais cela engendrera le chaos et l'anarchie, laissant aux démons, mort-vivants, cultistes et noxiens la chance de prendre le pouvoir et nous reviendrons à la case de départ. Ce monde est encore trop aveugle et jeune pour vivre sans une tête dirigeante, dans l'harmonie et la fraternité. Je ne veux pas dire que nous devons nous soumettre à une autorité sans réfléchir, mais simplement savoir survivre dans le climat politique actuel. Je vous prierai simplement de ne pas attaqué de gens de façon insouciante, noble ou pas noble. Deuxième chose que je vous demande, je vous donne de l'information, alors donné moi en, sur vous, sur votre monde, sur ce que vous savez faire. Plus j'ai de connaissance plus je pourrai vous en donnez. Dernièrement, vous êtes intelligent et efficasse, mais ne laissez pas votre colère, votre désir de vengeance ou vos idéaux vous aveuglez et vous détruire. Ici ce qui compte c'est la force et la ruse. Vous foncez tête baissé et vous dites à voix haute vouloir vous en prendre à tel ou tel personne, et vous serai mort dans le temps de le dire. Calmer votre ardise, je vous fait ce conseil par expérience. Chaque chose en son temps.


Il reprit une posture droite et continua à regardé l'homme, peut-être ses paroles allaient le faire ragé ou peut-être pas, il espérait simplement qu'ils comprendraient ses intensions. Il avait l'impression de ce voir dans un miroir lorsqu'il était arrivé dans ce duché il y a 2 ans, voulant incendié tout ce qui n'était pas digne de la lumière, se battant pour des idées nobles et respectable, et voulant sauvé le monde à sa façon. Il ne put s'empêcher de sourire face à la situation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Messages : 6
Date d'inscription : 12/02/2013

MessageSujet: Re: Une petite sieste (libre)   Mer 13 Mar - 13:42

V sorti de la tente, un gros chaudron à la main rempli d'eau. Elle se dirigea vers le feu, déposa la marmitte à côté du tat de bois et afficha un sourire à Rodrigue. Elle ramassa un petit cahier et nota tout en parlant :
- Une biche de 4 ans... Du bois pour 3 heures... Seul II n'a rien amené encore.

Puis elle prit deux corde, attacha la carcasse à un arbre pour la suspendre bien haut.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Messages : 3
Date d'inscription : 20/02/2013
Âge : 23
Race : Humain

MessageSujet: Re: Une petite sieste (libre)   Mer 20 Mar - 23:06

Numéro 3 était toujours debout en train de vider l'eau de sa gourde sur ses gants lorsque numéro 6 chercha à le piquer. Le guerrier fixa son regard dur sur elle. Ses traits facials avaient durcis, mais l'élu n'avait pas dit un mot. Ce n'est qu'après un moment qu'il répondit en remettant ses gants :

- par pour mon palais, seulement pour mes fils qui s'y trouvent, six.

Puis ses yeux s'étaient tourné vers leur invité, qui venait de rire pour une raison ou pour une autre. Numéro 3 ne maintenait pas le regard de Rodrigue, il l'analysait, plutôt. Son discours interminable donna le temps à numéro 3 de remercier furtivement numéro 5 pour son efficacité, et de faire sécher ses gants près du feu qui prenait une force acceptable. Toujours à l'écoute du combattant, l'élu scrutait six dans les yeux, montrant à sa collègues par les yeux ce qui lui convenait et ce qui ne lui convenait pas dans ce que disait Rodrigue.

Beaucoup de chose ne lui plaisait pas.

- apparamment on a au moins un point commun : on considère chacun l'autre comme un ignare.

J'ai appris mes leçons sur la justice quand j'étais haut comme trois pommes _ il pointa le restant de pomme lancé dans le feu _ , je n'avais évidemment pas l'intention de foncer sans connaître, et outre le moment d'apprendre la désagréables nouvelles d'être coincé ici, je traite les gens comme ils sont, à un moment précis, pour une raison précise.

Si un des seigneurs est bon, on ira lui parler. Pour les autres, détourner les yeux quand ils agissent pour le mal, ne pas s'en mêler, ne pas en parler, ça fait de tous les gens ici des complices de ses vermisseaux. Est-ce que cela peut être vue d'un mauvais oeil par le dieu de la justice? Certainement. Tu en penses quoi, six? Et toi, cinq?!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Messages : 18
Date d'inscription : 22/01/2013
Race : Humain
Localisation : Un peu partout...

MessageSujet: Re: Une petite sieste (libre)   Jeu 21 Mar - 14:04

Le prêtre semblait calme, peut-être qu'ils n'aimaient pas son point de vue, mais c'était clair que s'opposé frontalement aux idiots, aux compétents et ignorents de ce duché revenait au suicide. Il ne pu s'empêché de sourire lorsque l'homme affirma qu'il le traitait d'ignare. Il laissa l'homme parlé, accusant tous les gens de ce duché d'être des complices ce qui le fit encore plus sourire. Ne voulant pas interrompre ou couper la parole aux deux dames, il resta silencieux. Il y avait des détails sur lequel il était d'accord, mais il ne se permettait pas d'appuyer ce genre de comportement à cause de sa position. Il resta simplement assis à regarder ses hôtes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Messages : 20
Date d'inscription : 06/02/2013
Âge : 26
Race : Humain

MessageSujet: Re: Une petite sieste (libre)   Jeu 21 Mar - 23:59

VI s'était tenue tranquille après son affront. Elle écoutait les autres, tentant de se réchauffer avec un succès douteux. Une ou deux fois, elle s'était fait entendre en lâchant une quinte de toux. Quand la discussion silencieuse s'entreprit entre elle et Numéro Trois, elle haussa visiblement les épaules en réponse aux réactions du guerrier.

Quand ce fut le tour de son collègue de parler, elle s'en remit à la danse des flammes, contente de voir une source de vrai chaleur ici. Six se trouva un peu en transe quand on lui posa la question. Elle, elle ne riait pas. Il n'y avait pas grand chose à rire pour eux dans la situation, mais elle comprenait. Rapidement, elle ressortit de sa bourse la carte qui leur était tombée sous la main quand ils avaient demandé au Destin. La carte du feu, la carte du soleil. La remontrant surtout au commando, elle ajouta son propre commentaire.


- Depuis que nous sommes ici, il a éclairé notre chemin... Il est probablement le seul qui voudra nous aider aussi. Sa parole ne devrait probablement pas être remise en doute aussi facilement. Probablement qu'il ne comprends pas tout. Le Soleil, c'est hardant, puissant, magique et physique, mais ça ne réfléchit pas comme on le croirait. C'est peut-être son cas. Je ne négligerais pas notre allier, sans quoi notre quête ne sera pas juste long avant de retourner chez nous... Elle sera pénible.

Sans doute que vous ne vous souvenez pas non plus que la Justice devra se prononcer sur nous. Et je ne parle pas celle de la lame, mais celle du coeur. Être honnête, ici, ne pourra pas nous mener plus proche de la mort que nous ne le sommes déjà. Je n'approuve pas ce qu'il dit, au contraire, nous sommes loin de l'idéal d'aucun d'entre nous. Malgré cela, le Destin a parlé et je ne me trompe pas en disant qu'il peut encore changer, il est jeune, tout comme nous.


Elle rangea sa carte comme elle l'avait sorti, rapidement, silencieusement. N'ayant pas quitter le feu des yeux, elle semblait vraiment parler à la lumière dansante en avant d'elle. Quand elle se tut, ce n'était pas tellement pour entendre les réponses des autres, mais pour méditer sur ce qu'elle avait dit comme si tout cela ne venait pas d'elle. Après quelques temps, une autre série de toux la ramena vers les gens plus près d'elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Messages : 6
Date d'inscription : 12/02/2013

MessageSujet: Re: Une petite sieste (libre)   Dim 24 Mar - 16:27

V se frotta le front, empreint d'un stress soudain, une douleur qui allait en augmentant à sa tempe gauche et qui n'aura de cesse avant un moment... Elle ramassa tout de même son couteau et commença à vider la biche de son sang, de ses entrailles.


- Veut, veut pas, vous avez passé par des chemins semblables, des frustrations semblables, des espoirs semblables... Vous devez tout les deux manger, boire et dormir pour survivre... Je pense que si on prenait le temps de se calmer, de discuter comme des adultes, on pourra trouver un plan. Cet homme ne nous veut pas de mal. Certes, il a une pensée différente de la nôtre et n'a pas vécu la même chose que nous, mais chose sûre, il comprend que seul, il ne peut rien faire. Je pense que s'opposer seul à l'étrange monarchie de ce monde ne signifierait qu'un suicide. Je pense aussi que devant l'abondance de ces terres, les gens ont moins d'occasion de se rapprocher...

Ici, tous sont seuls.

Elle tirait sur la peau de l'animal qui décolait doucement à l'aide de quelques coups de couteaux. V se devait de rester calme, cette fourrure leur sera surment fort utile devant tant de froid...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Messages : 18
Date d'inscription : 22/01/2013
Race : Humain
Localisation : Un peu partout...

MessageSujet: Re: Une petite sieste (libre)   Mar 26 Mar - 11:59

La situation semblait tendu à ses yeux. Peut-être qu'ils n'aiment pas son point de vue, mais il était ainsi. Il avait tellement de gens jouer aux héros et attaquer de frontalement des gens haut placer. Tous avait lamentablement échoué, c'est pourquoi il avait calmé ses ardeurs. Il regardait ses hôtes un à un, lorsque VI sortit la carte. Il ouvrit grand les yeux et lacha faiblement un phrase en célestial:

-Ferro ignique gesta res.
Spoiler:
 

Patiemment il écouta VI et V, un peu surpris qu'elles l'appuyaient, parlent du destin et du fais qu'il pouvait encore changer et qu'il était seul. Il continua à fixer la carte avec des flammes et des dragons jusqu'à temps que VI la range. Rodrigue observa le feu de camp, un peu perdu dans ses pensés. Il approcha ses mains du feu pour se réchauffer et expliqua lentement et sincèrement:

-J'aimerais avoir votre point de vue... vous dites que je ne pense pas comme vous, mais j'ignore comment vous fonctionnez. Peut-être que si j'en savais plus, nous pourrions nous entendre. Je suis très ouvert d'esprit, même avec des gens qui n'aiment pas ou ne respectent pas ma religion. Temps que c'est pour servir une cause juste et faire le plus grand bien avec le moins de mal, je n'ai aucun problème. Si je vous connais vraiment, alors je pourrai plus vous aidez et mieux travailler avec vous, comme vous semblez le sous-entendre.

Il espérait qu'ils lui permettent d'en savoir plus sur eux et leur façon d'être ou de pensé. Même si l'homme du groupe ne semblait pas l'approuvé ou l'apprécier, sans information il ne pouvait pas les comprendre ni les aidé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Messages : 3
Date d'inscription : 20/02/2013
Âge : 23
Race : Humain

MessageSujet: Re: Une petite sieste (libre)   Mar 26 Mar - 18:03

Le guerrier blond se releva pour écouter les informations de numéro VI ainsi que pour observer la carte. Légèrement déçu, celui-ci se referma sur lui-même par l'intermédiaire de ses bras. Numéro III scrutait ainsi l'horizon environnant pour finalement apposé son opinion versa collègue.

- Je n'accepte pas ce que tu dis à cause de ta carte, mais uniquement parce que tu as fais tes preuves et que j'ai confiance en tes capacités. Pour l'instant tes tactiques sont les plus efficaces, rien à voir avec la dernière fois qu'on suivait tes plans, mais au moins on avance.

Parlez-lui si ça vous chante, mon vote sur ça est avec numéro VI. Mais interdiction dans dire plus que le nécessaire sur moi. J'espère être assez clair. Pour l'heure, je vais aller trouver numéro II, il devrait être déjà de retour... Je passerai peut-être prêt de la prison, histoire d'être sûr qu'on a pas apporté avec nous monsieur Téméraire que peut être numéro 10 des fois...


Sur cela, numéro III tourna les talons, récupéra sa double-lame et quitta le campement pour aller vers la ville.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Messages : 20
Date d'inscription : 06/02/2013
Âge : 26
Race : Humain

MessageSujet: Re: Une petite sieste (libre)   Mer 27 Mar - 12:42

C'était à prévoir... Mais VI n'était pas triste. Elle hocha de la tête, confirmant à III (ou à elle-même) que c'était une bonne idée. Puis, le silence retomba quelques secondes. Soupirant un peu, elle se releva de l'attraction qu'était la chaleur pour elle et se retourna vers les deux autres.

- Je vais essayer de trouver plus de bois, sans quoi je ne tiendrai pas la nuit. Rodrigue pourra venir avec moi, s'activer aussi. En échange, je crois qu'on peut se permettre de lui offrir le repas que vous pourrez préparer d'ici le coucher du soleil. Qu'en dites-vous Cinq?

Elle se massait lentement le bout des doigts pour se garder du froid et d'une engelure. Redevenue alerte, elle attendait une affirmation des deux autres pour entreprendre sa besogne quand elle ajouta une autre restriction à sa proposition pour numéro V surtout.

- Je ne parlerai que de notre monde en général, de son histoire et seulement de moi. Je n'y mettrai rien de ce que je sais des autres non plus. Tu as ma parole que je ne trahirai pas le Commando qu'importe ce que pourrait dire le Destin. Vous aurez tout le souper pour pouvoir ne rien vous dire après.

Maintenant qu'elle avait rassuré sa collègue sur l'éventualité d'en dire trop, en même temps qu'ajouter sa touche d'ironie personnelle, elle attendit un simple signe de V pour pouvoir partir. Elle n'aimait pas la tension que provoquait la discorde dans le groupe et son échappatoire n’était pas non plus la meilleure qu’elle n’avait jamais trouvée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Messages : 6
Date d'inscription : 12/02/2013

MessageSujet: Re: Une petite sieste (libre)   Mer 27 Mar - 15:12

V suivait la conversation tout en dépeuçant le jeune cerf. Hochant la tête lorsque III annonça ses conditions.

- Oui, va chercher du bois, il nous en faut encore une bonne quantitée. Par contre, si tu trouves quelque chose pour assaisoner la viande, ce sera aussi la bienvenue. Je continuerai à travailler sur la viande et surveiller le camp. Si tu vois II, tu lui diras que j'aimerais qu'il ramène quelque chose pour le clan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Messages : 18
Date d'inscription : 22/01/2013
Race : Humain
Localisation : Un peu partout...

MessageSujet: Re: Une petite sieste (libre)   Dim 31 Mar - 0:22

Rodrigue écoutait les conversations du groupe, il se sentait un peu à part. Au moins, ils lui offraient le souper, même s'il aurait pu s'en passer. Être au service d'un noble avait ses avantages, il manquait presque de rien. Il semblait perdu dans ses pensés en fixant le feu de camp, jusqu'à temps que le VI se lève. Décidant de brisé sa léthargie, le jeune homme se leva et suivit la dame pour ramassé du bois et apprendre à mieux les connaitre. Il commença tranquillement la tâche qu'on lui avait demandé, dans le calme et le silence. Il jugeait qu'elle était assez intelligente pour ne pas devoir répété ce qu'il avait demandé plus tôt. Elle lui répondrait à sa vitesse, il avait appris que forcer les gens à aller plus vite les faisaient généralement ralentir. Il amassa les branches en un petit tas en disant simplement:

-Je crois que vous allez avoir besoin d'une hache, ça dura plus longtemps si on coupe un arbre et qu'on fait des bûches, que si on fait que ramasser des branches.

Il avait cette fâcheuse habitude à faire des commentaires personnels à haute voix, au quel on ne pouvait pas vraiment y répondre, ni commenter. Il continua sa tâche tranquillement, laissant le temps à son hôte de répondre à ses questions quand elle le désira.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Messages : 20
Date d'inscription : 06/02/2013
Âge : 26
Race : Humain

MessageSujet: Re: Une petite sieste (libre)   Dim 31 Mar - 2:02

Numéro Six retourna en forêt sans un mot de plus pour son clan. Malgré que marcher lui rendait sa chaleur dans les jambes, ses doigts restaient toujours aussi froids. Elle recommença dans sa besogne, côte à côte avec Rodrigue. La barde n'avait pas vraiment envie de travailler, mais elle se devait de faire sa part. S'enfonçant dans le bois, elle écouta le commentaire de Rodrigue qui rompit le silence lourd qui les entourait jusque là.

- Surement que ce serait pratique... J'aurais bien pris beaucoup plus d'équipement si j'aurais pu. Malheureusement, y'a des choses qui n'étaient vraiment pas prévu dans ce voyage...

Laissa-t-elle tomber ironiquement. Mais elle perdit son amertume à mesure qu'elle s'éloignait du campement. Lâchant un soupire, VI se retourna pour reprendre la discussion où elle avait été interrompue par III.

- Nous avons de bien malheureuses règles qui interdisent de lier notre titre avec qui nous étions. C'est avant tout une question de protection, mais aussi une question d'honneur. Quand on prend le rôle d'élu, on abandonne nos fautes passées, on laisse tomber les gloires de voir possiblement son nom être scandé par une foule. On accepte, avec notre chiffre, d'être un héros masqué et de ne plus jamais penser autrement que pour la bien de la cité.

Ho! je ne suis pas née d'un esprit, j'ai des parents, j'ai de la famille. Et avant d'être un élue, j'étais aussi l'amie de certaines personnes et je faisais connaître mon nom comme vous, comme tout le monde. Mais dans la pire prison du monde, je remets en question l'utilité de me taire ainsi. Je remets en doute le fait que les règles soient pour me protéger et non pour nous nuire.

Ici, personne ne peut plus attaquer les gens qui me sont cher. Il n'y aura plus personne pour me faire souffrir de penser que si je me trompe d'un mot, peut-être que je pourrais causer la perte de quelqu'un qui ne l'aura pas mérité... Tout simplement parce que je suis un danger d'où je viens pour ceux qui j'aime. Alors on arrête d'aimer et on se referme à l'idée de parler de soi. J'ai perdu une partie de ce qui faisait de moi quelqu'un comme tout le monde.

Est-ce que tu comprends? Est-ce qu'on a déjà menacé quelqu'un que tu aimes pour t'obliger à faire quelque chose que tu n'aurais pas fait sinon? C'est un peu l'histoire de tous les élus... C'est pour ça que nous nous prenons pour des gens si différents. Avec le pouvoir vient de grande conséquence.


Elle regarda Rodrigue pour voir s'il avait une idée de ce qu'elle disait. Ce n'était certainement pas ce que le paladin s'attendait à entendre, mais c'était la vérité aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Messages : 18
Date d'inscription : 22/01/2013
Race : Humain
Localisation : Un peu partout...

MessageSujet: Re: Une petite sieste (libre)   Lun 1 Avr - 21:31

Les paroles de la dame était clair comme de l'eau de roche pour le jeune homme. Il se contenta de hocher la tête lorsqu'elle parlait. Son discours était triste et sonnait vrai selon le prêtre qui déposa les dernières branches qu'il avait ramassé. Il déposa la main sur l'épaule de VI et la regarda dans les yeux en lui expliquant:

-Il faut être très fort et courageux, ou fou pour accepté de faire ce que vous faite. C'est normal de vouloir être libéré de ces chaines que sont le devoir. Perdre son passé, ses amis, sa famille, ses alliés, sa vie pour le bien commun est très difficile, peu de gens en ont le courage. La majorité des gens que j'ai vu suivre ce chemin on soit échoué ou ils ont été corrompue par l'obscurité. Vous avez le choix, renoncé à votre devoir et être libre, mais décevoir ceux qui avait foi en vous et causé la mort d'innocents. Sinon vous devenez un monstre de pouvoir, sans émotion et remord. Je comprends que vous trouvez les règles des votre dure et qu'elles pèsent lourd, que vous n'avez pu rien à perdre, hélas on fait des fois des promesses et il faut savoir les tenir.


Il enleva sa main lui souria et dit:

-Je comprends que c'est pesant, nous avons tous notre devoir. Si je puis vous aidez à vous sentir mieux, par exemple en vous appelant par votre véritable nom, ou en vous écoutant, cela me fera plaisir. Si vous le voulez, je peux vous assister dans ce que vous faite, de la façon que vous voudrez, tant que c'est pour une cause juste. J'ignore si vous pourrai un jour arrêter d'être élu, ce qui voudrait dire que votre devoir a été accomplis, alors je serai là pour vous aidez. Dit moi ce que vous attendez de moi et je verai si je peux vous être utile.

L'homme semblait calme, peut-être essayé de rassuré VI. C'était clair qu'elle n'avait pas décidé de devenir une élu, qu'elle aussi n'avait pas décidé d'être prisonnière de ce monde. S'il pouvait l'aidé un peu, il s'en sentirait honorer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Messages : 20
Date d'inscription : 06/02/2013
Âge : 26
Race : Humain

MessageSujet: Re: Une petite sieste (libre)   Mar 2 Avr - 19:47

Lui faisant face, Six regarda la main qui la toucha incertaine un instant. Sans protester aucunement, elle le laissa parler remontant le regard droit dans ses yeux. Bien consciente de ce que Rodrigue lui offrait, elle détourna le regard sous prétexte de continuer la tâche qui leur avait été donné. Ce n'est qu'après avoir ramassé une nouvelle branche qu'elle trouva une réponse.

- C'est qu'il faut comprendre...

Dans mon monde où le sacrifice est une promesse et un serment, il n'y a que les autres comme nous qui peuvent faire respecter tout ce que cela implique. C'est la raison pour laquelle Numéro III ne voudrait pas que je parle. Il est à la fois mon juge et mon bourreau, tout comme je suis le sien. Qui croira en la solidité de ma parole si, aussitôt que je ne suis plus soumise aux lois, je me permets de faire comme si mon serment n'avait jamais été fait? Et puis, quand je serai de retour chez moi, il ne sera plus question d'utiliser mon nom, alors pourquoi reprendre de mauvaises habitudes ici?

On est élu jusqu'à la mort, d'où on vient. Les autres élus choisissent un nouveau répondant au même critère que celui qui meurt, et ce nouveau deviendra élu à son tour, jusqu'à sa mort. Ce n'est transmissible ni par le sang, ni par les actes. On est tout simplement choisi. On peut refuser, mais seulement avant, pas pendant, ni après notre mandat. Et si personne ne le veut, comme cela arrive souvent chez les gitans, ils peuvent aussi obliger la meilleure personne pour remplir le rôle à le faire même contre son gré. Pour le bien de tous, sans quoi, le désigné peut aller s’exiler dans le désert pour échapper à sa tâche, mais il ne pourra plus vraiment revenir.

Perdre mon nom est pesant ici, mais il l'était tout autant dans mon univers à moi. Si ce n'est les Songes, personne ne m'a appelé par mon nom depuis très longtemps. On s'habitue à tout, même à perdre qui ont était. Je n'ai pas toujours été aussi amer avec ceux qui s'approchaient de moi... Si j'aurais le pouvoir de ne demander qu'une seule chose aux Esprits, ce serait de rentrer chez moi...


Six hésita un instant avant de poursuivre.

- Ce n'est pas que ce monde-ci n'est pas beau... Il ne manque certainement de rien pour quelqu'un qui veut vivre ici. Mais disons simplement que Morandir n'est pas le seul à avoir laissé des choses fragiles là bas. Si ces deux fils sont bien connus de tout le monde et seront malheureusement des cibles trop facile pour Nathan. Ce n'est pas aussi évident dans mon cas... Mais ça pourrait faire plus de mal ou à plus de personnes. Peut-être que Trois ne se souvient pas de mon nom, il ne l'a vu qu'une fois, mais il sait que je le comprends et je sais qu'il me comprends. Cela nous lie beaucoup plus que le sang ou le nom.

Si tu veux poser des questions, c'est le moment, après tout, j'ai eu l'accord des autres, je peux au moins essayer d'y répondre.


Suite à l'invitation, elle recommença à marcher. La barde n'avais pas l'air moins solide, elle se tenait encore droite cherchant le bois qui lui servirait le soir même. Elle ne semblait pas aussi émotive qu'elle aurait du l'être avec de telles révélations.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Une petite sieste (libre)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Une petite sieste (libre)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Une petite baignade [libre]
» (F) Mia Hays ► Petite orpheline (LIBRE)
» (f) lily collins - petite soeur - LIBRE
» (f) zendaya coleman - petite-soeur - LIBRE
» Une petite soif [LIBRE]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Funus Irae - Le Forum ::  :: Falsch Hoffnung :: La Rivière-